L’ouverture de nouvelles routes maritimes par l’Océan Arctique – première partie : la route du Nord-ouest (dossier facultatif)

Le «passage» du Nord-Ouest : un raccourci viable ?

C’est un passage mythique bien connu des explorateurs depuis le XVI° siècle. Ils cherchaient à contourner l’Amérique par le Nord pour déboucher en Asie. Les noms donnés aux détroits, baie et autres îles sont souvent ceux d’explorateurs.

New York - Tokyo:  Passage Nord Ouest = 14000 km (ligne rouge) via le Canal de Panama = 18200 km (ligne verte)

New York – Tokyo:
Passage Nord Ouest = 14000 km (ligne rouge)
via le Canal de Panama = 18200 km (ligne verte)

1) La fonte de la banquise :

La banquise, surface de mer gelée, contrairement à la calotte glaciaire (glacier constitué de l’eau douce des précipitations de neige), fond en en été (jusqu’à septembre) pour se reformer en hiver (elle est la plus étendue en mars).

Avec l’épisode de réchauffement climatique que nous traversons, l’eau est plus chaude et moins salée. L’embâcle (1) est plus tardif et la débâcle (2) est plus précoce d’environ trois semaines.

En zone arctique, la surface de la banquise a été réduite de 13,7 % depuis 1981, chiffres fournis par le National Snow and Ice Data Center (NSIDC) américain. Son épaisseur a diminué de 42 %.

l'extension des glaces au 30 septembre 2013, comparée à septembre 1981

l’extension des glaces au 30 septembre 2013, comparée à septembre 1981

2) La route du Nord Ouest :

Avantages supposés

Gain en distance donc en terme de coût : moins de jour de mer = moins de fioul consommé par les navires.

Pas de limite de tirant d’eau (voir cahier) ou de gabarit (taille) comme dans les canaux de Suez et Panama.

Pas de délai d’attente en entrant dans les canaux, ni de péage.

Inconvénients :

Glaces dérivantes imposants des cargos à coque renforcée ou la location de brise glace russe (100000 €/jour !) servant de pilote.

Risque majeur de pollution en cas d’accident qui plus est sur une longue durée.

Sauvetage éventuel très difficile et coûteux en raison des conditions climatiques.

Problèmes stratégiques : eaux en grande partie sous la souveraineté du Canada : comment assurer la sécurité ? D’autres part ces eaux sont revendiquées comme internationale par d’autres pays :  l’enjeux de l’accès aux ressources arctiques est tel qu’il aiguise les appétits des pays riverains.

 

(1)            embâcle, au masculin : obstruction des eaux par les glaces dans ce cas. Mot formé sur le mot débâcle.

(2)            débâcle, féminin : brusque fonte des glaces marines. C’est également une défaite militaire majeure suivie de la retraite des troupes !

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans 4 ième Géographie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s