Archives de Catégorie: 6 ième géographie

Où sont les hommes sur la Terre : où ils ne sont pas : les espaces faiblement peuplés

monde_espace_vides_faiblement_peuples _3espaces_vides_faiblement_peuple_legende

2 Commentaires

Classé dans 6 ième géographie, CARTES

Où habitent les hommes : vocabulaire

Foyer de population : une région où se concentre la population

désert humain : une région vide d’hommes

densité de population : nombre d’habitants au kilomètre carré

agglomération : une ville et sa banlieue

mégapole : une grande agglomération

Poster un commentaire

Classé dans 6 ième géographie, METHODE

Où sont les hommes sur la Terre : comment représenter la densité d’une population : l’exemple de l’Union européenne et de la France des régions

Le phénomène à représenter est la densité de la population dans les 28 pays de l’Union Européenne à laquelle nous appartenons. rappelons que la densité, c’est le nombre d’habitant par kilomètre carré. Nous allons expliquer comment et pourquoi nous construisons notre carte.

1) notre point de départ est un « fond de carte« , c’est-à-dire seulement le dessin des pays, leurs contours :

le "fond de carte" de l'Europe avec le contour des pays ; le trait de côte, le littoral est un peu plus épais.

le « fond de carte » de l’Europe avec le contour des pays ; le trait de côte, le littoral est un peu plus épais.

2) Je fais le choix d’utiliser la « variable » valeur : pour bien rendre une quantité, celle du nombre d’hommes dans un pays, je choisi une formule :

FONCE = BEAUCOUP

CLAIR = PEU

Sans légende, en variant du gris clair au gris foncé, je vois bien les zones à forte densité (foncé) et les zones à faible densité (clair)

Sans légende, en variant du gris clair au gris foncé, je vois bien les zones à forte densité (foncé) et les zones à faible densité (clair)

3) Mais cela manque singulièrement de contraste entre les pays et les mers et océans : je colorie donc en bleu tout ce qui est l’eau : on appelle cela « l’hydrographie« ; en grec cela signifie le dessin de l’eau.

un bon contraste entre les pays et l'eau ;  la carte est plus lisible

un bon contraste entre les pays et l’eau ; la carte est plus lisible

3) Mais je veux pouvoir représenter avec des couleurs ; je choisi donc une gamme de couleur. Cette gamme de couleur est opposée au bleu de l’eau qui est froid. Mes couleurs vont être des couleurs chaudes :

violet, rouge, orange, jaune.

le produit fini, avec les noms et la légende

le produit fini, avec les noms et la légende ; année 2010

Je prends garde à :

NOMS DES MERS ET OCÉANS EN MAJUSCULES BLEUES

– NOMS DES PAYS EN MAJUSCULES NOIRES

Je n’oublie ni le titre, ni la légende, ni l’année.

Cette procédure (façon de faire) est la même pour toutes les cartes tout le long de l’année ; l’objectif est de savoir localiser et situer des lieux et des faits mais aussi de se servir d’un outil performant pour rassembler des informations sur un espace réduit, la feuille. Cet outil est la carte.

Je fais la même démarche avec une carte de la France des régions :

la densité de population en France par région

la densité de population en France par région, année 2010 (chiffres INED) ; la région Ile-de-France fait figure d’exception avec une densité de population sept X supérieure aux autres régions les plus peuplées. C’était déjà le cas au Moyen-Age !

legende_densite_france

6 Commentaires

novembre 8, 2013 · 3:17

le point de vue de l’observateur du paysage

pointdevue

2 Commentaires

Classé dans 6 ième géographie

le croquis de paysage : traiter et organiser

La vue vers la vallée de la Seine, classe de 6 ième 3

La vue vers la vallée de la Seine, classe de 6 ième 3

précisons d’abord ce qu’est  le paysage : tout ce que l’œil peut percevoir devant soi, tout ce que le regard peur embrasser, dit d’une autre façon.

Dans ce cas, nous avons écrit les informations directement sur l’image ou dans votre cahier sur le calque. Nous avons vu que la photo ou le croquis ne disent pas tout.

1) le paysage a une histoire : l’église est bien plus vieille que les maisons du premier plan. il y a des parties qui datent du XIII° siècle.

2) il y a ce que nous ne voyons pas, que nous devinons ou que nous savons. En cette belle journée ensoleillée, il y a une légère brume au dessus de la vallée de la Seine. On la distingue faiblement sur la photo.

3) il y a des objets non permanents ; c’est le cas de la grue que nous pouvons voir sur l’autre photo, celle prise depuis le gymnase.

4) il y a toutes les traces des réseaux qui nous intéressent : les lignes électriques y compris les éoliennes, les pylônes ; les réseaux d’éclairages publics : nous voyons les lampadaires ;les antennes relais de téléphonie mobile ; les châteaux d’eau.

vue_vers_gymnase_recoupée_traite1

vue depuis le troisième étage du collège vers le gymnase ; classe de 6 ième 5

legende_vue_gymnase

Dans ce cas, il y a trop d’informations à ajouter sur l’image ; nous utilisons donc une légende avec des couleurs et très peu de symboles. Cela nous permet de classer les « objets » que nous avons repérés.

Trois catégories ici :

les habitations, la végétation, et les infrastructures.

Une infrastructure ce va être, pour nous géographe, tout ce qui permet de faire se déplacer un moyen de communication (une onde comme le téléphone), un moyen de transport comme une route, un canal pour les bateaux, l’électricité avec ses lignes à hautes tensions…

Poster un commentaire

Classé dans 6 ième géographie